Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 
 
1884 : Création de la Société Nationale des Chemins de fer Vicinaux (SNCV) pour répondre aux besoins locaux de développement en assurant le transport des personnes et des biens. la compagnie est financé par les entreprises,les communes, et l'état.

Début des années 60 : L'état intervient progressivement pour combler les déficits croissants des entreprises de transport. Devenant acteur majoritaire dans le secteur, l'état crée six Sociétés de Transport Intercommunales (STI) dans les grandes villes et confie la desserte du reste de la Belgique à la SNCV.

1988 : La loi du 8 août attribue aux Régions la responsabilité du secteur.

1990 : Les 7 sociétés de l'époque (SNCV Société Nationale des Chemins de fer Vicinaux, STIL Société des Transports Intercommunaux de Liège, STIC Société des Transports Intercommunaux de Charleroi, STIV Société des Transports Intercommunaux de Verviers, MIVA Maatschappij voor het Intercommunaal Vervoer te Antwerpen, MIVG Maatschappij voor het Intercommunaal Vervoer te Gent, STIB Société des Transports Intercommunaux de Bruxelles) tombent sous la tutelle des 3 Régions le 1er janvier. La partie wallonne de la SNCV est à ce moment fusionnée avec les STI de Liège, Charleroi et Verviers.  situation qui  offre à la Wallonie l'occasion de réorganiser le transport public sur des bases nouvelles d'intégration, d'harmonisation et de modernité.

1991 : Les responsables wallons du secteur optent pour une organisation pyramidale en créant 5 sociétés : une Société mère faisant office de holding, la Société Régionale Wallonne du Transport (SRWT), et 5 Sociétés autonomes d'exploitation se partageant le territoire de la Région Wallonne.

Le secteur en Wallonie Portera  désormais le nom de  TEC (pour Transport En Commun) et les 5 Sociétés d'exploitation porteront ce nom accolé au périmètre où s'exercent leurs activités:
En Flandre, le choix se porte sur la création d'une seule société, la Vlaamse Vervoermaatschappij connue sous le nom commercial de De Lijn .

En Région bruxelloise, C'est la  STIB qui continue de gérer l'ensemble des lignes de la Capitale.

De 1993 à 1997, les efforts se concentrent sur l'offre de transport et sur les conditions de travail du personnel.

De 1997 à 2000, le Groupe TEC modernise ses outils de gestion. Une intégration accrue des technologies de l'information et de la communication conduit à de multiples avancées. Parmi celles-ci:
  • l'optimisation de l'exploitation de l'outil de production ;
  • l'amélioration de l'offre à la clientèle ;
  • l'amélioration au quotidien de l'information des utilisateurs ;
  • l'homogénéisation des différents systèmes d'information existants ;
  • l'amélioration du rapport coût/efficacité.
 printemps 2002, une vaste enquête de satisfaction est entreprise auprès de la clientèle. ces Derniers donnent lieu à l'élaboration d'un tableau de bord de la qualité de service. Ils permettent d'identifier les actions d'amélioration prioritaires sur lesquelles les efforts devront se concentrer au cours des années à venir.

Depuis 2004, la qualité de service constitue un objectif prioritaire. Le Groupe TEC s'est engagé dans une démarche Qualité afin de mieux répondre aux besoins et aux attentes de ses utilisateurs.

2006 : Le 7 février, le 4ème Contrat de Gestion de l'histoire du Groupe TEC a été signé.

Tous les 5 ans, la Région Wallonne conclut avec la SRWT et chacun des cinq TEC un Contrat de Gestion qui définit les moyens financiers qu'elle s'engage à mettre à disposition du secteur sur la période concernée.

En échange de cet engagement régional, le Groupe TEC (la SRWT et les 5 TEC) s'engage à garantir le maintien du volume de l'offre de services, à mettre en oeuvre la politique régionale et à améliorer son fonctionnement sous différents aspects. Le dernier Contrat signé couvre la période 2006-2010 et insiste plus particulièrement sur :
  • l'adaptation de l'offre de transport en fonction des besoins réels de déplacement ;
  • l'amélioration continue de la qualité de service ;
  • le développement de la gestion des ressources humaines ;
  • la sécurisation du réseau ;
  • la prise en compte de nouvelles missions pour devenir un manager des mobilités alternatives à la voiture ;
  • la qualité de l'environnement.

 

Le TEC Hainaut c'est :

 

Le TEC Hainaut, c'est : 

  • un secteur s'étendant de Comines à Anderlues 
  • 900 000 habitants répartis dans 49 communes 
  • près de 41 millions de voyageurs par an 
  • 8 dépôts et 15 partenaires privés ("loueurs") 
  • 108 lignes d'autobus et 5800 points d'arrêts 
  • 358 autobus (au 31.12.12) 
  • 760 personnes dont 483 conducteurs (au 31.12.12)

Informations Provenant du Site Infotec.be


Partager cette page

Repost 0
Published by